JEAN RENOIR


"L'art du cinéma consiste à s'approcher de la vérité des hommes,
et non pas à raconter des histoires de plus en plus surprenantes."

Portrait de Jean Renoir
Découvrez d'autres sites sur Jean Renoir :

Ciné-Club de Caen
Ciné Artistes
Senses of Cinema
Strictly Film School
Cinémathèque Française
Wikipedia
IMBd



 


Jean RENOIR demeure le plus grand cinéaste français.

Il a réalisé certains films qui depuis illustrent mondialement le cinéma français.

Portrait de Krzysztof Kieslowski


Ce grand réalisateur français a tourné les films suivants :

1924 - LA FILLE DE L'EAU
1926 - NANA
1927 - CHARLESTON
1928 - MARQUITTA
1928 - LA PETITE MARCHANDE D'ALLUMETTES
1928 - TIRE-AU-FLANC
1929 - LE TOURNOI
1929 - LE BLED
1931 - ON PURGE BEBE
1931 - LA CHIENNE
1932 - LA NUIT DU CARREFOUR
1932 - BOUDU SAUVE DES EAUX
1933 - CHOTARD ET CIE
1934 - MADAME BOVARY
1934 - TONI
1935 - LE CRIME DE M. LANGE
1936 - LA VIE EST A NOUS
1936 - UNE PARTIE DE CAMPAGNE
1936 - LES BAS-FONDS
1937 - LA GRANDE ILLUSION
1938 - LA MARSEILLAISE
1938 - LA BÊTE HUMAINE
1939 - LA REGLE DU JEU
1940 - SWAMP WATER (L'Etang tragique)
1943 - THIS LAND IS MINE (Vivre libre)
1944 - SALUTE TO FRANCE
1945 - THE SOUTHERNER (L'Homme du Sud)
1946 - THE DIARY OF A CHAMBERMAID (Le Journal d'une femme de chambre)
1946 - THE WOMAN ON THE BEACH (La Femme sur la plage)
1950 - THE RIVER (Le Fleuve)
1952 - LE CARROSSE D'OR
1954 - FRENCH CANCAN
1956 - ELENA ET LES HOMMES
1959 - LE DEJEUNER SUR L'HERBE
1959 - LE TESTAMENT DU DR CORDELIER
1961 - LE CAPORAL EPINGLE
1971 - LE PETIT THEÂTRE DE JEAN RENOIR


Jean RENOIR est le deuxième fils de Pierre-Auguste RENOIR, le grand peintre impressionniste de la fin du XIXème. Il est né le 15 septembre 1894 à Paris. Après des études médiocres, il s'engage dans l'armée en 1912. Soldat en 1914, puis dans l'aviation à partir de 1916. Il rapporte de la guerre une blessure à la jambe qui le fera boiter toute sa vie. En 1920, il épouse l'un des modèles de son père, Andrée Heuchling, puis s'installe comme céramiste.
En 1921, le film d'Erich von Stroheim Folies de femmes (Foolish Wives) va modifier sa vie. Soutenu par sa famille, il réalise son premier long-métrage, la Fille de l'eau (1924), qui est une fable bucolique à l'esthétique impressionniste, dans lequel jouent son épouse et son frère aîné, Pierre Renoir. L'accueil sera mitigé mais cela ne décourage cependant pas Jean Renoir. Il se lance alors dans une production coûteuse, Nana (d'après Émile Zola, 1926). Puis il va réaliser La Petite Marchande d'allumettes, d'après Andersen, (1928); Tire-au-flanc, comédie militaire, 1928) qui ne vont pas convaincre le public.
En 1931, il réalise "On purge Bébé", d'après Feydeau, et enfin ce film rencontre un vrai succès populaire. Puis il tourne La Chienne (1931) qui marque rééllement un tournant dans la carrière de Jean Renoir. C'est un des premiers films parlants, adapté d'un roman de Georges de la Fouchardière. La Chienne offre à Michel Simon l'un de ses plus beaux rôles, celui d'un petit-bourgeois jaloux, assassin et veule.
Après La Nuit du carrefour (d'après Georges Simenon, 1932), dans lequel Pierre Renoir interprétait le commissaire Maigret, le réalisateur tourne une série impressionnante de chefs-d'oeuuvre:

  • Boudu sauvé des eaux (avec, de nouveau, Michel Simon, 1932),
  • Le Crime de M. Lange (avec Jules Berry, 1935),
  • Une partie de campagne (1936, sorti en 1946) dont son neveu, Claude Renoir, signe la photographie,
  • Les Bas-Fonds (avec Louis Jouvet, 1936).

L'époque très politique (le Front Populaire), l'amène à une production très militante. D'autant qu'il fait appel à des collaborateurs (Jacques Prévert, Roger Blin) qui donnent une dimension ouvertement politique à son oeuvre, marquée par les idées du Front Populaire :

  • La vie est à nous, (1936);
  • Le Crime de Monsieur Lange,
  • La Marseillaise (1936).

Avant la Seconde Guerre mondiale, il essaye, avec la Grande Illusion (1937), de promouvoir un message de paix entre les nations européennes, et fait appel à son père spirituel Erich von Stroheim aux côtés de Jean Gabin. Dans La Bête humaine (1937), il tend à montrer les enjeux sociaux de l'époque.

En 1939, sort le chef-d'oeuvre de Jean Renoir : La Règle du jeu. Dans ce film, Renoir prévoit l'effondrement des valeurs humanistes et brosse un tableau sans complaisance des mœurs de la société bourgeoise française. Le film participe à la naissance d'un nouveau style cinématographique, aussi bien dans le découpage de l'espace que dans le montage discontinu du temps de l'action. C'est indiscutablement un des films majeurs du cinéma français mais aussi mondial.

Fuyant les Allemands qui pénètrent en France, Jean Renoir s'exile aux États-Unis en 1940. Il prend la nationalité américaine, mais s'adapte très difficilement au système hollywoodien. Il arrive néanmoins à réaliser plusieurs films de commande, notamment des films de propagande (Vivre libre! / This Land is mine, avec Charles Laughton en 1943; Salut à la France / A Salute to France, 1944) et des adaptations littéraires (le Journal d'une femme de chambre/ The Diary of a Chambermaid, d'après Octave Mirbeau, 1946). puis il part en Inde tourner Le Fleuve (The River), 1951), film en couleurs, contemplatif et serein, d'un humanisme parfois désenchanté.
De retour en Europe au début des années 1950, Jean Renoir tourne encore :

  • Le Carrosse d'or (d'après Prosper Mérimée, 1952),
  • French Cancan (avec Jean Gabin et Françoise Arnoul, 1955),
  • Elena et les Hommes (avec Ingrid Bergman et Jean Marais, 1956)
  • et Le Caporal épinglé (d'après Jacques Perret, 1962), qui constitue le pendant désenchanté de "La grande Illusion".

Il rencontre alors de plus en plus de difficultés à produire ses films. C'est pourquoi, il se tourne alors vers la télévision (Le Petit Théâtre de Jean Renoir, 1969-1971) et se consacre plus largement à l'écriture : il publie un livre sur son père, Renoir, mon père (1962), son autobiographie, Ma vie et mes films (1974), un essai (Écrits 1926-1971, 1974), quelques pièces de théâtre (Orvet, 1955) ainsi que plusieurs romans (les Cahiers du capitaine Georges, 1966; le Crime de l'Anglais, 1979).
En 1970, il prend sa retraite à Beverly Hills, où il meurt le 12 février 1979.


Jean Renoir parle de son art 1961








Google
Rechercher sur le WEB
Rechercher sur le site

Retour page d'accueil